Connexion  

   

LA PRESSE  


presse

   

تعازي  

لقد آلمنا نبأ وفاة زوجة أخينا محمد الطاهر ، جمعية "عليم" تتقدم بتعازيها الخالصة  ،إنا لله وإنا إليه راجعون ، إن لله ماأخذ وله ماأعطى وكل شيء عنده بأجل مسمى ، نرجو الله أن يغفر لها ، وأن يرحمها ، وأن يسكنها فسيح جناته .

   

HOMMAGE A Mohammed OULD KABLIA  

Le jeudi 29 aout 2013 nous quittait Mohammed OULD KABLIA, Moudjahed, grand serviteur de l’état et ancien élève de notre lycée. Pour honorer sa mémoire, nous vous présentons sa biographie

Biographie de Mohamed OULD KABLIA

Mohamed Ould Kablia est né le 6 mai 1932 à Tanger où son père exerçait depuis deux années, la fonction d’officier de la garde du sultan Mohamed V. Il fait avec son frère Dahou et sa sœur Zoubida des études primaires dans cette ville avant le retour à Mascara de toute la famille en 1940 au lendemain de la déclaration de guerre entre l’Allemagne et la France.

LIRE LA SUITE

 

   

A.KHELIL- De l'histoire de ce vieil arbra...

Et pourtant ! Avant de chuter de façon spectaculaire et bien que porté à bras le corps par de frêles mais gourmands arbustes du sous-bois des saprophages, ces ligneux sans sève élaborée, juste pour constituer du bois sec pour lancer les incendies de forêts, il s’est mis à croire en sa pseudo virilité et durabilité en essayant de faire à maintes fois forcing avec le concours de tout un ramassis de végétaux carnivores nuisibles, pour obtenir une rallonge de vie quinquennale ou tout au moins, un « petit chouia » de longévité pour faire reverdir son triste feuillage devenu sans éclat, très dégradé et fortement abimé, incapable de produire cet oxygène si nécessaire et indispensable pour la « communauté de la forêt ». Tout cela, après avoir piétiné, abusé et accommodé, selon son bon vouloir et à sa convenance pour la recherche exclusive de la satisfaction de ses propres usages domestiques, pour l’amélioration du bien-être et de la richesse de sa fratrie, de toute sa famille et de ces coquins (es) d’amis (es) les plus proches, la Constitution du peuple, dans une sorte de jouissance et d’enivrement sans limites, au mépris des règles de toute morale, du respect des valeurs et du droit usant et abusant de toutes les ressources de la forêt Algérie …

Tout ce « beau » monde qui l’accompagnait dans ses fantasmes et ses délires de « mégalo », devait-être fortement inspiré par le feuilleton américain des années 80 avec ses 357 épisodes de la série TV Dallas, articulé autour de l’utilisation de la rente pétrolière et la soif du pouvoir qui en découle et qu’il faut garder le plus longtemps possible tant que le pétrole et le gaz procurent à ses principaux bénéficiaires et contrôleurs la suprématie et l’arrogance sur l’ensemble du peuple de la « forêt Algérie ». Dans ce feuilleton des « tire-chignons » d’une famille pourrie à l’extrême, en parfait échantillon du monde malsain de la finance que nos oligarques aiment à plagier pour en faire leur modèle, J.R.Ewing cet homme menteur, manipulateur et sans scrupule, ne reculait devant aucun coup bas pour parvenir à ses fins …

Mais ne trouvez-vous pas qu’il y a là, certainement des ressemblances avec le « vice-roitelet » autoproclamé faiseur de riches, de ministres et de walis dans son royaume bananier ? Oui ! Fini donc la vie de châteaux ! Fini les escapades en jets privés et les passeports diplomatiques délivrés si généreusement aux coquins (es) et autres privilégiés détenteurs d’argent sonnant et trébuchant, y compris en devises ! Le peuple qui a dans un élan unanime, auto-réhabilité son honneur et sa dignité, a décidé de vouloir récupérer le maximum possible de ses biens spoliés par ces esprits mafieux, en mettant cependant et malheureusement pour le moment, une croix sur toutes ces fortunes et cet argent indus amassé par les moyens les plus immoraux et qui furent cachés sans aucun scrupule dans les banques étrangères ! En chats échaudés craignant l’eau froide, n’oublions surtout pas, ce que peut nous enseigner la Science et notamment, la botanique !

Elle nous apprend d’abord que les racines de ce vieil arbre demeureront longtemps vivaces tant qu’elles ne seront pas détachées irrémédiablement de la souche mère, parce que n’oublions pas qu’elles sont bien ancrées dans un terreau pourri et un fumier nourricier truffé de vers et de champignons qui les a aidé à bien croître jusqu’ici. C’est pourquoi, il faut faire attention à toute résurrection de nouvelles pousses par drageonnage à partir de la souche, ce mode de multiplication à l’identique bien connu des botanistes et des pépiniéristes. Ce que les non initiés à la Biologie végétale doivent savoir, c’est qu’un drageon est une tige souterraine terminée par un bourgeon qui se développe non pas à partir d’une graine indépendante de la souche en question, mais par ses racines (dans notre cas, il s’agit là du système), même si son volume a été réduit et se trouve en état de putréfaction.

Cet écrit mi « écolo » et mi philosophique d’une société ressuscitée par sa seule obstination à vouloir recouvrir toute sa liberté, toute sa dignité et toute la pureté de l’oxygène qu’elle respire, se doit d’être lu entre les lignes par des esprits alertes qui ne sauraient s’arrêter à des semi-solutions ou des solutions tronquées ou négociées avec ceux qui font au grand jour ou en sous-marins, de la résistance inutile et suicidaire, au détriment de la volonté souveraine du seul « Fakhamatouhou », le vrai et l’unique, à savoir le Grand Peuple Algérien (GPA). Rapporté à la société des humains que nous sommes, le drageonnage, cette crainte bien réelle de tout un peuple ( très longtemps roulé dans la farine ), est cette méthode de régénération du système honni, rejeté à l’unanimité à très haute et intelligible voix par toutes et par tous, que ce malicieux « pied mère » de malheur, nous a légué en héritage par réaction à son rejet, lui qui veut faire croire à nous et à la communauté internationale qu’il a démissionné, alors qu’il a été bel et bien destitué à la demande du peuple de la « forêt Algérie » qui s’en est complètement détachée, et mis hors d’état de nuire, en le rejetant de façon unanime.

Cette dernière ruse machiavélique accommodée à des excuses trompe l’œil, est pour lui, une manière de tricher avec l’Histoire dans l’espoir de garder même une toute petite place, même sur un strapontin de pouvoir, à défaut de n’avoir pas su par une œuvre au service de son peuple et de son pays, la marquer durablement comme l’ont fait au XXème siècle, d’authentiques martyrs pour l’émancipation de notre peuple et/ou, le grand Madibo, Nelson Mandela le Sud Africain et bien d’autres braves qui ont façonné l’Histoire de leurs peuples, eux qui n’ont jamais cherché à amasser une dérisoire fortune, mais uniquement prendre part en toute modestie et avec beaucoup d’opiniâtreté à son écriture …

Dans cette histoire invraisemblable d’un peuple désormais ressuscité par sa seule volonté et sa détermination, la leçon qu’il faut en tirer est que : l’abnégation, la patience, la constance dans l’espérance, la pensée et la mobilisation de la collectivité des humains, leur civilité et solidarité doivent toujours être mises en avant, pour constituer une source d’inspiration et de réflexion sur notre société qui n’est nullement celle de l’individualisme et de l’égoïsme comme « nos gouvernants » ont bien voulu nous le faire croire par mépris et arrogance, à défaut de donner eux-mêmes l’exemple, en construisant une société du mérite, du travail et du bien-être …

Alors ! Attention au maintien des trois petits « b » et à toute leur pourriture sous-jacente, issue des promotions opaques en mode express de la « H’chouma » qui se conjugue en des termes peu élogieux ; de copinage, de soumission de commis ripoux, de champions du passe-droit et d’incompétence crasse … Le peuple souverain qui n’a plus de temps à perdre pour se remettre activement et durablement au travail en prévision des moments extrêmement difficiles qui l’attendent, n’a donc pas besoin de ces « drageons » nocifs, mais plutôt, de graines certifiées « ISO » génétiquement pures, pour faire naître et épanouir une authentique République sociale, démocratique, humaine, solidaire, moderne et fraternelle, lui qui en a été longtemps sevré.

Ce peuple est, et restera au-dessus de l’actuelle « Constitution » devenue à force de trituration et de rafistolage, une sorte de « marchepied pour mégalos » et ce, depuis l’indépendance, jusqu’au moment où il en aura une, la sienne, écrite de mains expertes par celles et ceux déterminés à faire avancer sans malice et sans opacité leur pays et qui sauront faire prévaloir les droits fondamentaux de leur peuple en le préservant de toutes les formes de chantage ou ruse de blocage, comme celle laissée par cette « souche » destituée qui a tout fait pour rendre compliqué le processus de transition après son départ, en minant le chemin et parcours qui mènent à une véritable sortie de la crise. Quelle lâcheté que ce sentiment du : « Après-moi le déluge », de la sorte exprimé !

Cela veut dire qu’il faut aller tout de suite et sans perdre beaucoup de temps vers un « directoire » de citoyennes et de citoyens crédibles et faisant consensus à même de préparer dans les meilleures conditions possibles, les premières élections souhaitées cette fois-ci ; libres, propres et transparentes, afin de permettre à notre Armée populaire de se consacrer totalement à sa fonction exclusive de protection de nos longues frontières, d’autant qu’elle doit-être vigilante et mobilisée pour faire face aux défis actuels qui guettent notre pays et notamment, les dangers qui prennent forme à nos frontières Est avec la Libye et Sud, avec le Sahel.

Alors ! Gare à ceux qui ne voient que dans la direction de leurs « nombrils », c’est-à-dire de leurs propres intérêts, en faisant fi du risque majeur de la dispersion et de l’éclatement de nos forces, et de l’affaiblissement de notre réactivité ! Qu’ils prennent donc leurs responsabilités devant le peuple et devant l’Histoire! De toute les manières, cette transition surveillée d’un œil vigilant, ne devrait guère dépasser une année, afin d’atténuer les effets collatéraux de la situation socio-économique attendue en 2O22 et contre lesquels, la mobilisation des élites et du peuple est nécessaire et indispensable dans un climat de solidarité, de partage et de sérénité… Alors ! Allons-y d’un pas déterminé tout de suite, afin de déjouer tous les plans ourdis contre notre peuple et notre pays pour faire honneur à nos martyrs ! Dans la situation présente, il est impératif de savoir absolument, qui est qui, et qui à fait quoi en direction de son peuple et de son pays. L’Histoire sera seul juge !!!



Professeur

   

Le noeud gordien algérien-M.Benchenane-B.Senouci

algerieLe noeud gordien algérien par Mustapha Benchenane * & Brahim Senouci ** L'idée de ce document est née d'un désir de mettre en commun les réflexions que nous inspirent les difficultés que doit affronter l'Algérie pour reprendre en main son destin.  Une incitation supplémentaire nous vient du constat que l'écrasante majorité des articles publiés dans la presse algérienne sont signés par une seule personne. Nous avons donc choisi d'écrire cette contribution à quatre mains et nous invitons celles et ceux qui le souhaitent à réagir à sa lecture, en la critiquant, en proposant des amendements, voire même à produire des textes complémentaires ou alternatifs.  MAIS ENTRONS DANS LE VIF DU SUJET…  Nous avons d'emblée choisi d'écarter les approches qui, bien qu'ayant fait la preuve de leur stérilité, continuent d'être utilisées. Ce sont :  La déploration : «halte aux pleureuses», avons-nous envie de dire. S'il y a bien un comique de répétition (qui a le mérite de provoquer le rire), il y a aussi en Algérie un tragique de répétition qui consiste à faire tourner en boucle la complainte collective qui monte du pays. Non seulement ce tragique n'a aucun mérite mais encore il contribue à plonger chaque jour un peu plus la société dans un état d'affliction permanent, propice à la démission.
Lire la suite

<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<
Nous vous proposons la lecture d'articles du Pr Mustapha Benchenane publiés dans diverses revues, en cliquant sur le lien suivant: 
Articles Pr Benchenane

   

REFLEXIONS

Tribune-Brahim Senouci : "En finir avec le terrorisme, c’est d’abord en finir avec tout ce qui peut contribuer à accréditer l’inégalité de fait entre les hommes."

L’année 2016 ne laissera guère de regrets. Entre le champ de ruines syrien, la descente vers l’abîme de la Libye, du Yémen, de l’Irak et le terrorisme daeshien, les motifs de réjouissance ne sont pas légion. Il y en a un, au moins, même si sa valeur est d’ordre symbolique. Il s’agit de la condamnation par le Conseil de Sécurité de l’ONU de la politique israélienne de colonisation du Territoire Palestinien. C’est tout ? A peu près, oui…

L’année qui vient sera-t-elle de nature à adoucir les meurtrissures de 2016 ? Rien n’est moins sûr. Il est même à craindre qu’elle vienne au contraire les amplifier, que le pire soit à venir…

Le terrorisme va continuer de prospérer, se nourrissant du désordre du monde et du retour à la surface des haines séculaires, celles qui, simplement assoupies, établissent un continuum entre le temps des croisades et celui des colonies. Un probable futur président de la République, catholique fervent, retrouve les accents de jadis pour fustiger le terrorisme islamique. Il fait ainsi mine d’oublier que les Islamiques, c’est-à-dire les musulmans, constituent les cibles privilégiées du terrorisme islamiste. Deux-cent mille Algériens ont trouvé la mort sous ses coups durant la décennie noire. Dans la même veine, ce personnage réduit le colonialisme à un simple échange culturel. Une opération Erasmus avant la lettre en somme…


 

Lire la suite...
   

POINT DE VUE

FACE AU HIRAK DE LA NON-VIOLENCE D’INSPIRATION GANDHIENNE, EST-IL ENCORE POSSIBLE DE PERSISTER DANS LA TAGHNANET ET LA DUPERIE ?

__________________________________________________________________________________

Abdelkader KHELIL*

Si nous sommes bien dans la difficulté et cela prendra peut-être même un bon bout de temps, faut-il le craindre, tout dépendra du rapport de force engagé entre d’une part, les tenants  de la régénération cosmétique d’un système prédateur embourbé jusqu’au cou dans une logique de survie alors qu’il est honni et rejeté , et d’autre part, cette majorité de femmes et d’hommes du Hirak qui aspirent à l’avènement d’un État de droit perçu à travers la « gestation » d’une authentique et véritable République sociale, démocratique et solidaire construite cette fois-ci, de façon consensuelle, mais sans le concours de ceux qui ont toujours trahi sous une forme ou une autre ses immenses espoirs et ont dépossédé l’Algérie de toutes ses richesses.

Alors, oui ! Quand bien même cet objectif et cette chose merveilleuse devaient se réaliser même au forceps, sommes-nous pour autant dans le besoin d’entendre des voix alarmistes (utilisées en caisses de résonnances) en rajouter à notre peine ? C’est pourquoi, il faut dire que même si l’économie de notre pays était florissante et notre société avait de quoi vivre sans inquiétude dans une aisance financière comparable à celle des pétromonarchies des pays du Golfe ou de l’Arabie saoudite, l’inutile bras de force engagé sans se soucier du retard considérable pris sur les autres pays, n’est en fait qu’une source d’ennuis et de dérives aux retombées imprévisibles et dangereuses dans sa traduction violente juste par esprit de « taghnanet », pratique bien ancrée chez tous ceux qui détiennent la force dont-ils usent et abusent à souhait, en se moquant du reste …


 

Lire la suite...
   
2846105
AUJOURD'HUI
HIER
CETTE SEMAINE
CE MOIS
All days
1262
1822
4496
38793
2846105

   

juin

18

mardi

   

METEO MASCARA

Météo Mascara My-Meteo.fr