annonce S.Bekada.docx

   

Connexion  

   


Le centre EL Amel (P.Raymond)
nous communique son programme:

21 Octobre :  Mohamed  EL KEURTI 
      '' La bande  dessinée  ( BD )
  à l'heure d'un festival international ''


11  Novembre : M. LABDI Abdeljellil 
             Professeur à Alger

 ''   L ' Intelligence économique '' 

2  Décembre . Père Jean Louis Desclais
    Spécialiste  de la Bible et du Coran
      '' La Légende  des Prophètes  '' 

30 Décembre : avec  MOUSTIQUETTE  
             Séance récréative

   

Articles

BIOGRAPHIE DE Mohammed OULD KABLIA

Détails

Le jeudi 29 aout 2013 nous quittait Mohammed OULD KABLIA , Moudjahed et grand serviteur de l’état. Pour honorer sa mémoire, nous vous présentons sa biographie

Biographie de Mohamed OULD KABLIA

Mohamed Ould Kablia est né le 6 mai 1932 à Tanger où son père exerçait depuis deux années, la fonction d’officier de la garde du sultan Mohamed V. Il fait avec son frère Dahou et sa sœur Zoubida des études primaires dans cette ville avant le retour à Mascara de toute la famille en 1940 au lendemain de la déclaration de guerre entre l’Allemagne et la France.

Mohamed reprend ses études à l’école Alexandre III sanctionnées par le certificat d’études en juin 1944. Il entre au collège de Mascara l’année suivante pour les cycles moyen et secondaire jusqu’en 1952 où il décroche la première partie du baccalauréat.

Le cycle de terminale n’existant pas à mascara, il s’inscrit pour la saison scolaire 1952-1953 au lycée Pasteur à Oran en série sciences expérimentales. Il est reçu à la deuxième partie du baccalauréat dans cette filière et rejoint l’année suivante en 1954 l’université d’Alger où il s’inscrit à la faculté de médecine dans la filière du tronc commun à l’époque physique, chimie, biologie (P.C.B.) passage obligé pour les études de médecine.

L’année suivante 1955, il est en 1ère année de médecine puis la 2ème année en 1956.

Il arrête définitivement ses études en mai 1956 suite à la grève générale décrétée par l’UGEMA dont il faisait partie.

Il rejoint Mascara et il est désigné pour la saison scolaire 1956-1957 en qualité de professeur de sciences naturelles au collège de garçons de Mascara. Il est menacé de radiation suite à la grève décrétée par le FLN en Janvier 1957 puis rappelé à son poste par manque de remplaçant. Il milite au FLN sous la responsabilité de Mekkioui Mamoun et de Allab Daho.

Début 1958, à l’appel du chef de zone Mustapha Stambouli il rejoint avec un grand nombre d’ex-étudiants et d’instituteurs les maquis de la zone 6. Au printemps de cette même année, Stambouli convoqué à l’extérieur en prévision de la constitution du gouvernement provisoire de la république algérienne et répondant à une directive du colonel Abdelhafidh Boussouf demandant l’envoi en base arrière à Oujda de l’ensemble des moudjahidines de niveau supérieur pour une prise en charge de formation dans les écoles spécialisées crées au lendemain de la grève de mai 1956 (Transmission, renseignement, chiffre) en plus d’une formation de base dans le domaine militaire et politique.

Le contingent de Mascara fort d’une quinzaine de jeunes arrivés après de dures épreuves fin juin 1958 à Oujda, il est transféré à l’école des cadres de l’ALN pour suivre le stage de la 2ème promotion encadré par Laroussi Khalifa, Nourredine Delleci, Abdelaziz Maoui, Mohamed Moughlam pour le côté politico-économique et Abdallah Arbaoui (capitaine Nehru) pour l’aspect militaire.

A l’issue de ce stage qui fait suite à la constitution du premier gouvernement du FLN, tous les stagiaires de la 1ère et 2ème promotion, une centaine sont versés aux structures du ministère des liaisons générales et communication relevant de l’autorité du colonel Boussouf.

Ould Kablia Mohamed dit « Rafik » est rapidement désigné, compte tenu de ses aptitudes, responsable du service de recherches de la DDR pour le territoire du Maroc. Trois années après, il est désigné à la même responsabilité à la tête du service recherches pour le territoire tunisien, tout en collaborant avec le Ministre Boussouf au sein de son cabinet jusqu’à l’indépendance le 5 juillet 1962.

En octobre 1962, après la formation du premier gouvernement de l’Algérie indépendante, il est appelé par Hocine Medeghi le nouveau ministre de l’Intérieur en qualité de chargé de mission puis chef de son cabinet poste qu’il quittera à l’été 1964 après la démission de Hocine Medeghi en conflit avec le Président Benbella.

Il rejoint le ministère des affaires étrangères en qualité de directeur d’administration centrale durant de longues années avant d’être désigné par Abdelaziz Bouteflika en qualité de consul à Bordeaux en 1976 et Nantes en 1983.

Il prend sa retraite en 1988 après 26 années de services au profit de la nation avec son engagement, sa compétence et sa loyauté continue.