Affichage # 
Titre Auteur Clics
A LA MÉMOIRE DU MOUDJAHID feu MENAOUER MELIANI "Si DJAMEL" :compte rendu de presse Écrit par Super User 1196
Distribution des prix 2016-Quotidien Oran Écrit par Super User 2150
Annonce Quotidien d'Oran 08-05-2016 Écrit par Super User 2133
Article Presse Algérie Écrit par Super User 2229
Article El Djouhouria-conference D.OULD KABLIA-20-02-2016 Écrit par Super User 2215
Article Djoumhouria-distr prix 2015 Écrit par Super User 2350
Article Djoumhouria-A.DJEBBAR Écrit par Super User 2422
A.DJEBBAR-Article Quotidien Oran Écrit par Super User 2745
DJOUMHOURIA 26-4-2015 Écrit par Super User 2517
ELKHABAR 13-07-14 Écrit par Super User 3127
   

CONFERENCE Pr Daho DJERBAL

image 1  

Notre association AALYM a reçu le vendredi 27 mai 2022 à 9h dans la salle des conférences du lycée Djamel Eddine El Afghani de Mascara Monsieur Daho DJERBALMaître de conférences en histoire contemporaine à l’université d’Alger, directeur de la revue Naqd, d’études et de critique sociale. Après une dizaine d’années de travaux en histoire économique et sociale, il s'oriente vers le recueil de témoignages d’acteurs de la lutte de libération en Algérie. Il a animé une rencontre sur le moudjahed feu Lakhdar BENTOBBAL et s’est longuement exprimé sur les conditions difficiles que rencontrent les historiens pour écrire l’histoire contemporaine de notre pays. Après un bref rappel sur sa formation et son parcours universitaire, il a mis en évidence les problèmes que notre pays a rencontré sur la recherche historique après l’indépendance. Le point fondamental qu’il a développé est celui des ressources documentaires. Dans les années post indépendance seules les archives françaises constituaient la base documentaire pour cette recherche et de plus faite par des historiens français. S’est posé immédiatement le problème de l’objectivité historique. L’histoire algérienne ne pouvait en aucun cas être le fruit d’étude des seuls historiens français ou étrangers. La vérité historique serait amputée de sa partie essentielle qui est celle du témoignage de ceux qui ont subi cette histoire et l’histoire vraie et réelle d’un pays ne peut s’écrire que par ses enfants essentiellement.

imageimage 2

Monsieur DJERBAL qui fut l’un des premiers historiens confrontés à ce problème a alors longuement expliqué comment progressivement nos universitaires ont imposé une écriture algérienne de l’histoire de la guerre de libération (il réfute le terme de guerre mais privilégie celui de révolution) à partir de témoignages de tous ceux qui ont été les acteurs de cette révolution. Il a déploré les difficultés auxquelles font face les chercheurs et plus particulièrement celles relatives aux archives nationales et étrangères. Il a insisté sur le fait que pour construire une histoire acceptable et crédible il fallait que tous les algériens dans toute leur diversité puissent donner leur témoignage librement et sans exclusive. Soixante ans après l’indépendance le nombre des moudjahidines s’amenuise dangereusement et l’on risque de perdre de précieux témoignages à jamais. Il est donc impératif de donner une importance capitale à la constitution d’une base de données qui puisse servir aux générations futures d’historiens afin qu’ils puissent écrire une histoire fiable et authentiquement algérienne. Monsieur DJERBAL a ensuite répondu aux multiples questions de l’assistance et a ensuite procédé à une vente dédicace des deux tomes du livre sur Lakhdar BENTOBBAL intitulés : « Mémoires de l’intérieur » et « la conquête ». L’association AALYM remercie le Professeur DJERBAL pour l’amitié qu’il lui témoigne et pour l’effort qu’il a consenti à animer cette journée un vendredi.
En outre elle remercie le Docteur Lahcene DJAKER pour avoir assuré le rôle de modérateur de cette rencontre.
Dr A. BOUCHETARA

reportage photographique: cliquer sur ce lien

   

septembre

26

lundi