Annonce M-Meliani 19-12-18-3

   

Connexion  

   

تعازي  

لقد آلمنا نبأ وفاة زوجة أخينا عبد الحميد بوبرقيق  ، جمعية "عليم" تتقدم بتعازيها الخالصة  ،إنا لله وإنا إليه راجعون ، إن لله ماأخذ وله ماأعطى وكل شيء عنده بأجل مسمى ، نرجو الله أن يغفر لها ، وأن يرحمها ، وأن يسكنها فسيح جناته .

   

" Réinventer le modèle social Algérien : la nécessaire réforme des subventions" - RENCONTRE AVEC LE COLLECTIF"NABNI" le 05 MAI 2018

Détails

20180505 120230

Un grand débat anime ces derniers mois la vie politique et citoyenne de notre pays. Le sujet de ce débat est d’une importance telle qu’il implique une relecture de la philosophie politique, sociale, culturelle et économique de notre pays. Il s’agit en fait de réinventer le modèle social algérien par et pour une distribution plus juste des subventions. Il s’agit d’une tâche difficile dans sa conception et dans son application. C’est pour cette raison qu’elle constitue un défi exaltant que notre pays a l’habitude de relever et de gagner. La réussite de cette réforme sera d’autant plus complète qu’elle aura permis à toute la société de penser cette réforme et donc d’adhérer à son application.. C’est par désir de participer à cette réflexion nationale que notre association a jugé utile d’inviter le collectif NABNI qui a proposé au débat national et aux autorités politiques une « Réforme des subventions et compensation des pertes de pouvoir d’achat » en « Inventant un modèle algérien de transferts monétaires directs ». Riche de cette proposition, nous avons pensé organiser un débat où pourraient émerger d’autres idées qui contribueraient à trouver une solution à ce problème important.

dsc09616dsc09584dsc09616

Et c’est dans cette belle salle de conférence de notre lycée qu’à 9h30 a débuté notre rencontre. Après l’écoute de l’hymne national et un mot de bienvenue du chef d’établissement et du président de notre association, le modérateur de la séance le Pr Chenini a donné la parole aux représentants de NABNI que sont M. A.Boudra et A.Mabrouk. Ils présentèrent leur association et entamèrent l’exposé de leur proposition. Ils estiment que leur programme de par sa nature peut être rapidement mis en route dès 2019. Il couvre rapidement 40% de la population la plus pauvre et peut être initié avec un taux d’erreur faible sans établir une base de données de ciblage fiable. Ils s’attèleront à expliquer les deux options : la première propose un ciblage progressif avec des transferts aux 40% des ménages les moins aisés, sur base déclarative, et exclusion progressive des bénéficiaires indus à mesure que se construit une base nationale d’information sociale. La seconde option propose un revenu universel qui sera individuel, pour quasiment tous les citoyens, à l’exclusion des plus riches, sur une base uniquement déclarative. Le Revenu Universel tient compte du fait que la précarité est une notion dynamique et non figée dans le temps. Ils proposent un
Revenu Universel de 2400 DA par mois pour les citoyens de 15 ans et plus ; et de 1200 DA par enfant de moins de 15 ans. Ces deux options se rejoignent sur un objectif commun : compenser rapidement et largement les plus démunis et éviter de prolonger le statut quo sous prétexte qu’il faut du temps pour préparer le ciblage.

phoca thumb l dsc09611phoca thumb m 20180505 124901phoca thumb l 20180505 124853phoca thumb l 20180505 124907phoca thumb l 20180505 122353

Un autre point de vue fut exprimé par M. Mohammed Laichoubi ancien ministre, Académicien et membre assidu de notre association. Il exposa une conception différente pour régler ce problème. Il considéra que la solution ne peut être viable que si elle se conçoit dans une réponse plus globale incluant les paramètres nationaux et internationaux. Le règlement de cette problématique est l’occasion pour le pouvoir d’initier une politique où l’humain est au centre des préoccupations avec une responsabilisation de celui qui recevra cette aide. Cette idée de subvention devra prendre la forme d’un programme d’aide personnelle qui sans prendre obligatoirement la forme d’une aide pécuniaire contribuerait d’une manière ou d’une autre à solutionner un problème d’emploi, de formation, de pouvoir d’achat ou d’autres problèmes personnels. En fait les solutions du collectif NABNI et de M. Laichoubi pourraient être complémentaires.

phoca thumb l 20180505 113825phoca thumb l 20180505 120130phoca thumb l 20180505 114232phoca thumb m 20180505 123011

Un débat très animé suivit ces deux interventions. Les participants soulevèrent les problèmes qui  relevent de leurs compétences et tous insistèrent sur l’importance de préparer l’administration à affronter les futurs problèmes qui pourraient surgir de cette réforme, pour être en mesure d’appliquer dans les meilleures conditions possibles les solutions décidées par le pouvoir politique.

Chacun a pu se faire sa propre idée sur la manière de concevoir cette réforme des subventions. La richesse des interventions et la qualité des idées émises ont contribué à faire comprendre les véritables enjeux de cette réforme.

L’association remercie très chaleureusement le collectif NABNI pour leur disponibilité, l’effort fourni et l’amitié qu’ils ont témoignée pour notre association et la ville de Mascara.
Dr A. BOUCHETARA