Connexion  

   

LA PRESSE  


presse

   

HOMMAGE A Mohammed OULD KABLIA  

Le jeudi 29 aout 2013 nous quittait Mohammed OULD KABLIA, Moudjahed, grand serviteur de l’état et ancien élève de notre lycée. Pour honorer sa mémoire, nous vous présentons sa biographie

Biographie de Mohamed OULD KABLIA

Mohamed Ould Kablia est né le 6 mai 1932 à Tanger où son père exerçait depuis deux années, la fonction d’officier de la garde du sultan Mohamed V. Il fait avec son frère Dahou et sa sœur Zoubida des études primaires dans cette ville avant le retour à Mascara de toute la famille en 1940 au lendemain de la déclaration de guerre entre l’Allemagne et la France.

LIRE LA SUITE

 

   

CONFÉRENCE DU Pr F. SOUFI : " Les archives en Algérie : luxe et/ou nécessité " du 17 novembre 2018

img 0165

Après l’avènement de l’indépendance du pays, le peuple algérien avide de connaitre son histoire, s’est heurté à un problème insurmontable celui des sources documentaires fiables. Cette difficulté a fait prendre conscience à nos responsables politiques et à l’élite universitaire de la nécessité de s’atteler au plus vite à la recherche et à l’organisation matérielle de nos archives nationales. La tache est rude mais combien exaltante .

dsc09685img 0079img 0130

C’est pour faire le point sur ce problème important que notre association a fait appel au professeur Fouad SOUFI historien de formation et archiviste de profession comme il se définit lui-même, pour nous éclairer sur la situation actuelle de nos archives, sur les problèmes rencontrés et les espoirs de construire un système archivistique national. Nous avons eu le plaisir de recevoir M. Lahcène DJAKER historien comme modérateur de la rencontre. 

img 0098img 0157img 0163img 0158

Dans la première partie de son intervention, le Pr SOUFI a tenté de proposer une définition de l’archive en citant celles données par les philosophes Derida et Ricoeur . Pour le premier l’archive n’est pas une question du passe , c’est une question d’avenir. Il estime que nous vivons aujourd’hui un « mal d’archive » qui brouille le voir et le savoir. Nul pouvoir politique sans contrôle de l’archive, sinon de la mémoire. La démocratie effective se mesure toujours à ce critère essentiel : la participation et l’accès à l’archive, à sa constitution et à son interprétation. 

img 0168img 0069img 0081img 0219

 Dans un deuxième temps le conférencier a passé en revue l’évolution des idées et les différentes étapes qui ont abouti aux multiples conceptions de l’archivage dans les différents pays. Il a expliqué certains points de la loi algérienne et l’a comparé aux recommandations du ICA. Il a montré la différence entre Archives Nationales et Bibliothèque Nationale deux entités qui pourraient prêter à confusion comme pourraient naitre de multiples conceptions des archives dans l’imaginaire collectif.

Les multiples problèmes et conceptions des archives nationales, considérées comme conservatoire de la mémoire nationale, ont été longuement débattus : conception architecturale des centres d’archivage, formation des archivistes, réflexion sur la nature des documents éligibles à l’archivage donc à la protection. Plusieurs expériences internationales ont été évoquées. Le Pr SOUFI a longuement fait part de son expérience comme responsable au sein des archives nationales : il n’a pas manqué de pointer du doigt les insuffisances multiples du système et en particulier la non promulgation des décrets d’application de la loi de 1988. A la fin de la réunion le conférencier a cité les grands conflits archivistiques et les pertes d’archives à la suite des grandes guerres. Le contentieux algéro-français des archives a été longuement évoqué.

img 0225thumbnail img 0152 600 x 450img 0276img 0269

Un débat riche a suivi. De nombreux problèmes ont été examinés en particulier les archives locales et leur organisation, le problème épineux de la généalogie nationale et bien d’autres sujets tous aussi sensibles les uns que les autres. Toute l’assistance a convenu que les archives étaient un capital symbolique et un luxe nécessaire qui fondent les états et les nations.

L’association tient à remercier chaleureusement les Pr SOUFI et DJAKER pour leur amicale disponibilité et l’effort consenti pour faire de cette rencontre une reussite.
Dr A. BOUCHETARA

   

Le noeud gordien algérien-M.Benchenane-B.Senouci

algerieLe noeud gordien algérien par Mustapha Benchenane * & Brahim Senouci ** L'idée de ce document est née d'un désir de mettre en commun les réflexions que nous inspirent les difficultés que doit affronter l'Algérie pour reprendre en main son destin.  Une incitation supplémentaire nous vient du constat que l'écrasante majorité des articles publiés dans la presse algérienne sont signés par une seule personne. Nous avons donc choisi d'écrire cette contribution à quatre mains et nous invitons celles et ceux qui le souhaitent à réagir à sa lecture, en la critiquant, en proposant des amendements, voire même à produire des textes complémentaires ou alternatifs.  MAIS ENTRONS DANS LE VIF DU SUJET…  Nous avons d'emblée choisi d'écarter les approches qui, bien qu'ayant fait la preuve de leur stérilité, continuent d'être utilisées. Ce sont :  La déploration : «halte aux pleureuses», avons-nous envie de dire. S'il y a bien un comique de répétition (qui a le mérite de provoquer le rire), il y a aussi en Algérie un tragique de répétition qui consiste à faire tourner en boucle la complainte collective qui monte du pays. Non seulement ce tragique n'a aucun mérite mais encore il contribue à plonger chaque jour un peu plus la société dans un état d'affliction permanent, propice à la démission.
Lire la suite

<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<
Nous vous proposons la lecture d'articles du Pr Mustapha Benchenane publiés dans diverses revues, en cliquant sur le lien suivant: 
Articles Pr Benchenane

   

REFLEXIONS

Tribune-Brahim Senouci : "En finir avec le terrorisme, c’est d’abord en finir avec tout ce qui peut contribuer à accréditer l’inégalité de fait entre les hommes."

L’année 2016 ne laissera guère de regrets. Entre le champ de ruines syrien, la descente vers l’abîme de la Libye, du Yémen, de l’Irak et le terrorisme daeshien, les motifs de réjouissance ne sont pas légion. Il y en a un, au moins, même si sa valeur est d’ordre symbolique. Il s’agit de la condamnation par le Conseil de Sécurité de l’ONU de la politique israélienne de colonisation du Territoire Palestinien. C’est tout ? A peu près, oui…

L’année qui vient sera-t-elle de nature à adoucir les meurtrissures de 2016 ? Rien n’est moins sûr. Il est même à craindre qu’elle vienne au contraire les amplifier, que le pire soit à venir…

Le terrorisme va continuer de prospérer, se nourrissant du désordre du monde et du retour à la surface des haines séculaires, celles qui, simplement assoupies, établissent un continuum entre le temps des croisades et celui des colonies. Un probable futur président de la République, catholique fervent, retrouve les accents de jadis pour fustiger le terrorisme islamique. Il fait ainsi mine d’oublier que les Islamiques, c’est-à-dire les musulmans, constituent les cibles privilégiées du terrorisme islamiste. Deux-cent mille Algériens ont trouvé la mort sous ses coups durant la décennie noire. Dans la même veine, ce personnage réduit le colonialisme à un simple échange culturel. Une opération Erasmus avant la lettre en somme…


 

Lire la suite...
   

POINT DE VUE

         L’HISTOIRE RETIENDRA QU’EN CE 8 MARS 2019 LA JEUNESSE

         ALGÉRIENNE ENTHOUSIASTE A PLÉBISCITÉE MASSIVEMENT

         LE PROCESSUS D’AVÉNEMENT DE LA SECONDE RÉPUBLIQUE

            

            

_________________________________________________________________________

Abdelkader KHELIL*

Il me plaît de dire, qu’exceptionnel, salutaire et marquant, fut ce jour printanier du 8 mars 2019. Il a fait date dans l’histoire de notre peuple qui de l’avis général, ici et ailleurs, s’est vu attribué le titre honorifique et combien mérité, de Grand Peuple Algérien (GPA) fier et digne de considérations et de respects. Mais il se doit bien sûr de le confirmer et de le prouver par sa vigilance, son génie et son opiniâtreté dans l’action, toujours de manière pacifique, et avec beaucoup de civisme au-delà de sa « protesta », contre un système machiavélique et fort par sa capacité à vouloir encore le tromper, et le manipuler …

Ce cri porté et amplifié par millions de voix de toutes les régions, d’Est en Ouest, et du Nord au Sud, rappelle un peu, celui historique de la passionaria espagnole du slogan « No Pasaran » que les Républicains Espagnols ont repris durant la guerre civile de 1936-1939, dans leur lutte contre les forces fascistes et rétrogrades du caudillo Franco, pour défendre les valeurs de la République espagnole. Il a été scandé majoritairement par de jeunes « révolutionnaires » en herbe, adeptes d’une seconde République, jeune, vivante et citoyenne capable de leur permettre d’exprimer en grand leur génie, leur intelligence et leur fougue pour un avenir meilleur et digne, ne donnant aucun prétexte ou justificatif à la fuite et à la harga ; une République issue d’une nouvelle Indépendance mais cette fois-ci, politique, sociale, morale, unie et solidaire qui leur ressemblera et les assemblera, sans haine ni animosité contre leurs ainés.


Lire la suite...
   
2695466
AUJOURD'HUI
HIER
CETTE SEMAINE
CE MOIS
All days
2012
1569
3519
39968
2695466

   

mars

25

lundi

   

METEO MASCARA

Météo Mascara My-Meteo.fr